Amy Kyle

Crédits photo : Pierre Kitmacher - SU

Le génie féminin en musique

Etudier l’histoire de la musique est une étude culturelle et sociale. Les grands personnages nous motivent et nous inspirent. Quelle image vous vient à l’esprit quand je parle des compositeurs du dix-neuvième siècle ? Brahms, Massenet, Saint-Saëns ? Qu’en est il des personnages féminins ? Elles restent inconnues malgré leurs réussites et leurs talents. Je vais vous parler d’un compositrice majeure pour son talent, polyglotte et admirée pour son génie par ses pairs. Son art est un feu d’artifice d’interprétation, de composition, de dessin. 

Pauline Viardot, la connaissez-vous ? Elle nous a laissé plus de 450 compositions. Trois de ces opérettes sont la base de cette nouvelle étude du génie féminin. J’analyse ces opérettes pour pointer les détails de son talent et faire connaître une compositrice atypique maîtrisant la création artistique. Qualifier un génie n’est jamais très objectif. Dans le cas de Beethoven, sa célébrité reposait sur un système social complexe. Il reste la possibilité à trouver un équivalent féminin au dix-neuvième siècle. Je propose de nouveaux critères pour analyser le génie des compositrices. 

Nous devrons montrer aux prochaines générations que le génie musical n’a pas de sexe. Ma recherche vise à inclure les femmes pour approfondir notre vision de la musique et de ses grands acteurs. Le génie n’est pas forcement mystérieux et inaccessible aux femmes. En faisant découvrir Pauline Viardot, nous éclairons de l’histoire de la musique, nous influençons l’avenir.

> IreMus

École doctorale Concepts & langage