Dounia Boufedji

Vers une nouvelle approche d'ingénierie pour le développement de systèmes multi-agents

Quand je dis que je suis informaticienne on me dit souvent : Super, tu vas réparer mon ordi ? Mais non ! Mon rôle est de développer des logiciels en réponse à vos besoins. Dans mon laboratoire, nous développons des Systèmes multi-agents appelés SMA.

Imaginez un SMA comme un ensemble de tortues Ninja qui se cacheraient derrière vos écrans pour gérer par exemple vos achats sur le net. Sauf que leur développement prend du temps ! C’est là où j’interviens : l’objet de ma thèse est de permettre aux développeurs de générer différentes versions de Ninja rapidement. Pour se faire j’ai introduit des techniques d’ingénierie de lignes de produits logiciels dans l’ingénierie des SMA. Je fais un peu comme du recyclage virtuel grâce au mot clé : « variabilité ».

Pour mieux comprendre comment je procède, je vous invite à écouter ces extraits qui présentent un point commun et des différences : « Nebghik Aicha wenmot alik », « Cette année-là, je chantais pour la première fois », « 1 2 3 4 tell me that you love me more ». En analysant ces morceaux on remarque qu’il s’agit de la même suite de notes musicales, leur différence réside dans la langue, le tempo, etc. Cette différence qu’on appelle « variabilité » m’intéresse dans les SMA que j’ai analysés de la même façon pour que les développeurs puissent générer en un clic des tortues Ninja personnalisées. Tout comme je pourrais réutiliser les mêmes notes musicales pour créer une autre chanson : « À bientôt les amis, c’est déjà fini c’était l’histoire d’une doctorante en 180 secondes ». 

La thèse a pu se dérouler grâce au Programme Doctoral International  « Modélisation des Systèmes Complexes » et financé par l’UPMC et l’IRD.

Laboratoire d'informatique de Paris 6 (LIP6, UPMC/CNRS)

École doctorale « Informatique, télécommunications et électronique » (ED130)

La thèse a pu se dérouler grâce du Programme Doctoral International  « Modélisation des Systèmes Complexes » et financé par l’UPMC et l’IRD.