Eugénie Peze-Heidsieck

Embobiner l’ADN pour tricoter sans trembler !

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative chronique qui touche 1 % de la population après 60 ans. On compte plus de 200 000 malades en France et 8 000 nouveaux cas chaque année. La population vieillissant ce nombre est en constante augmentation. Prévenir et guérir la maladie de Parkinson fait ainsi partie des enjeux majeurs de notre époque. Les neurones dopaminergiques, situés dans une zone profonde du cerveau appelée ‘substance noire’ en raison de sa pigmentation, sont particulièrement touchés et meurent graduellement. Ces neurones produisent la dopamine, un neurotransmetteur, qui contrôle les mouvements automatiques du corps. Dans notre équipe, nous avons montré que l’injection d’une protéine propre à ces neurones permet de les protéger. Celle-ci s’appelle Engrailed et participe à la mise en place du cerveau pendant l’embryogenèse. Elle reste aussi exprimée à l’âge adulte. Nous avons prouvé qu’Engrailed réprime ce qu’on appelle des LINES. Les LINES sont des éléments mobiles dans le génome qui se déplacent par un système de « copier-coller ». Ils peuvent induire des cassures dans l’ADN ce qui peut menacer l’intégrité? génomique. Il se pourrait qu'Engrailed agisse en tant que gardien de l'intégrité? du génome et puisse être considérée comme protéine anti-vieillissement. Nous cherchons ainsi à mieux comprendre le lien entre Engrailed, la protection des neurones dopaminergiques, les cassures de l’ADN et les LINES.

Etablissement : Sorbonne Université – Faculté des sciences

Ecole doctorale : Cerveau, cognition, comportement

Doctorante 3ème année

Equipe : Développement et neuropharmacologie

Encadrant : Alain Prochiantz