François Gaudin

Peut-on prédire les effets du changement climatique sur la distribution des espèces ?

Le changement climatique s’est intensifié au cours de ces dernières décennies et constitue aujourd’hui une menace sérieuse pour les écosystèmes. D’importants changements de distribution de la biodiversité ont ainsi été observés à l’échelle globale sur les continents et les océans. Les zones de transition géographiques comme la Manche qui, à l’échelle de l’Atlantique Nord-Est, se situe entre une région d’eaux tempérées chaudes au sud et une autre d’eaux tempérées froides au nord sont particulièrement sensibles au changement climatique.

De nombreuses études ont ainsi montré que le réchauffement des eaux de la Manche avait entraîné des changements de distribution importants des poissons, du plancton et des organismes qui vivent dans la zone de balancement des marées. En revanche, aucune n’a jusque-là été menée à l’échelle de toute la Manche sur les organismes qui vivent sur les fonds du large (étoiles de mer, coquillages, crustacés, …), bien plus difficiles à échantillonner et donc à étudier. C’est là que j’interviens !

En comparant des données collectées dans les années 1970 et en 2012-2014, après 40 ans de réchauffement, l’objectif de ma thèse est d’évaluer les effets du changement climatique sur la distribution des espèces qui vivent sur les fonds de la Manche. Le développement de modèles de distribution d’espèces à partir de données de distribution collectées dans les années 70 permettra en outre de savoir si l’on peut ou non prédire la distribution future de ces espèces dont certaines se retrouvent parfois sur les plateaux de fruits de mer !

Etablissement : Sorbonne Université – Faculté des sciences

Ecole doctorale Sciences de la nature et de l'homme : évolution et écologie (ED227)

Docteur

Laboratoire : UMR 7144  - Adaptation et diversité en milieu marin

Encadrant : Eric Thiébaut